Les Mille-Marches

Édité par John Doe et conçu par John Grümph, Les Mille-Marches offre en 200 pages les bases d’un multivers, un cadre de jeu européen utopique, des règles complètes et un gros scénario en cinq épisodes et un épilogue ! Avec ça vous en avez pour quelques mois d’activité ludique. Le pire dans l’affaire, c’est que l’ensemble est excellent.

Première impression
Une fois l’ouvrage entre les mains, la première impression est très bonne. Comme tous les produits John Doe la couverture est en couleur avec des rabats, la mise en page est dense mais lisible. Le papier épais est doux au touché et les illustrations de Mister Grïmph fixent l’ambiance. Ca se lit tout seul et pas de coquilles particulières n’agressent les yeux.

Un multivers à révèler
Le multivers proposé est un joyeux fourre-tout avec des passages entre les mondes, des créatures anciennes qui se livrent une grande bataille, une grosse dose de merveilleux emprunt de tous nos contes et légendes, des mystères et beaucoup d’aventures. Difficile en soi d’en tirer quelque chose et c’est loin d’être indispensable, peut-être que la suite de la gamme l’exploitera plus en profondeur.

Öropa, une utopie d’aujourdh’ui
Là où ça commence à devenir vraiment passionnant c’est le cadre de jeu proposé. Öropa est une utopie européenne où la Belgique —avec un bout du nord de la France et un morceau d’Allemagne— serait devenue une sorte de grande métropole foutraque où les initiatives écologiques et d’entre-aide sociale s’imposeraient dans une société mixte et ouverte. Chose qui évidemment fait tâche dans une Europe capitaliste où l’extrême droite aurait tendance à donner de la voix… C’est bougrement d’actualité et offre des tas d’opportunités rarement évoquées dans d’autres jeux. A cela s’ajoute une touche de merveilleux qui permet de se lâcher pour amplifier la réalité. Pour trouver des inspies, il suffit de sortir ses journaux d’actualité et quelques livres de contes.

Mais que joue-t-on dans Öropa ? Un coureur de Lune, un type qui aide sa communauté à s’en sortir, qui est toujours prêt à donner un coup de main, qui croit en l’avenir d’Öropa et qui ne va pas tarder à devenir un véritable héros en découvrant les mystères qui se cachent dans les Mille-Marches.

C’est dans les vieux BOL qu’on fait la meilleure soupe
Viens ensuite le système de jeu. C’est du Barbarian of Lemuria (BOL) revu et corrigé pour mieux coller à l’univers des Mille-Marches. Simple et largement suffisant pour jouer. Cependant, le meilleur se cache dans l’annexe trois, les Mécaniques Universelles de Simulation d’Aventures Romanesques (MUSAR), qui est composée d’un ensemble de règles optionnelles. Elles vont bien plus loin que de simples options et proposent plusieurs perles. Mes préférées sont le mécanisme pour partager la narration lors des explorations et la méthode de gestion des « plans“ — ceux qui ratent toujours quand les joueurs essaient de faire du Ocean’s 11… Ca demande certainement une bonne prise en main, mais ouvre des voix intéressantes pour gérer ces scènes toujours un peu bancales dans une partie.

Du matériel de jeu à gogo
Le scénario occupe une bonne moitié du livre et propose de vivre les événements qui vont conduire à la création d’Öropa. Construit de manière progressive en introduisant les différents thèmes du jeu, il est facile à prendre en main et ne demande pas beaucoup de travail d’adaptation pour tout MJ. Il devrait permettre d’entrer dans cet univers sans être trop perdu et d’ouvrir les portes conduisant vers de nouvelles Marches.

On en peut pas plaire à tout le monde
En résumé, j’ai été particulièrement séduit par le cadre d’Öropa et son univers bien en adéquation avec notre époque. Ca change du sempiternel cyberpunk, sortons du « No Futur » pour explorer de nouvelles voies ! Échangez votre Corporate contre un travailleur social, et venez goûtez aux contes et légendes… Clairement les positions —politiques entre autres— prises risquent d’en faire grincer plus d’uns. Pourtant c’est riche de possibilités scénaristiques et rarement abordé en jeu. Comme dises certains : « on peut aborder certains thèmes, mais pas avec tous le monde. »

Le site de l’éditeur : click
La fiche du Grog : click
D’autres critiques : SciFi-Universe