Sex Criminals vol. 1: One Weird Trick

Le pitch : Suzie et Jon se rencontrent et découvrent qu’ils partagent le même pouvoir : arrêter le temps après avoir eu un orgasme. Et pourquoi ne pas utiliser ce talent pour voler une banque ?

L’avis : Le titre de cette nouvelle série est évocateur de son contenu, mais pas entièrement. Vous y trouverez du sexe, mais traité assez largement sur le registre de la comédie, et des actes délictueux, prétexte à un dose de fantastique. La première partie du bouquin fait la part belle à la comédie romantique et sexuelle, et est franchement réussie. C’est drôle, intelligent, et les personnages, surtout celui de Suzie, sont immédiatement attachants. Comme, en plus, Chip Zdarsky a un joli coup de crayon, j’ai bien cru que j’avais entre les mains un nouveau coup de maître de chez Image. Malheureusement, la seconde partie, qui développe plutôt le côté criminals, m’a nettement moins emballé. Les trois membres de la police sexuelle, dont on ne sait que peu de choses pour l’instant, m’ont laissé froid et j’ai fini par trouver la répétition des scènes mettant en scène le cambriolage assez ennuyeuses. Clairement, pour son originalité et le potentiel qu’elle a, cette série mériterait que je lise le deuxième tome, mais je ne suis pas bien sûr de le faire. Nous verrons…

Pour voir : click
Pour acheter : click

Locke & Key vol. 6: Alpha & Omega

Le pitch : La confrontation finale entre les enfants Locke et le mal libéré par la clé Oméga.

L’avis : Avant toute considération sur la qualité de la conclusion de Locke & Key, petit coup de gueule contre IDW qui aura mis extrêmement longtemps avant de sortir ce dernier tome en format cartonné, et encore plus longtemps pour proposer la version souple, qui était le format dans lequel j’avais suivi la série jusqu’ici. Ce fut si long que j’ai perdu espoir qu’un jour elle ne sorte et je me suis replié sur le format rigide, ce qui n’est pas du meilleur effet dans ma bibliothèque. Bien-sûr, entre temps, le souple est sorti. Bref, un blâme pour IDW.

A part ça, ce tome boucle de façon plutôt satisfaisante une série remarquable dans l’ensemble. Beaucoup d’action, de rebondissements et de victimes. C’est peut-être moins subtil que ce qui a précédé, mais c’est raconté avec une belle mécanique sur un rythme si tendu que c’est difficile de reposer le bouquin une fois commencé. La conclusion douce-amère fait écho au début de la série de fort belle manière. Mon seul regret tient à une dose de pathos une peu trop lourde à mon goût, dans lequel le dessin de Rodriguez, par ailleurs irréprochable, a sa part de responsabilité. Voir ces torrents de larmes couler sur chaque visage m’a particulièrement pris à rebrousse poil. Cela dit, ça reste un bémol relativement mineur à l’échelle du tome, et complètement négligeable au regard de l’ensemble de la série. Que cela ne vous empêche surtout pas de vous lancer dans cette excellente lecture si le coeur vous en dit. La clé est sous le paillasson.

Pour voir : click
Pour acheter : click

Daredevil by Mark Waid vol. 5

Le pitch : Matt continue de subir les assauts d’un mystérieux ennemi qui lui en veut, tout en essayant de soutenir Foggy en proie à la maladie.

L’avis : Le run de Mark Waid sur Daredevil a réservé jusqu’ici des moments vraiment brillants, et d’autres moins bons. C’est pourquoi, poussé par la nécessité de réduire mon volume de lecture en retard, j’ai décidé de ne pas poursuivre la série au-delà du tome 5. Autant dire que ce ne sera pas sans regret, car ce tome est peut-être le meilleur de la série si on excepte le premier qui était irréprochable. Waid trouve un très bon équilibre entre scènes d’action et scènes d’amitié. C’est efficace et souvent touchant. Quant à Samnee, il prouve une fois encore qu’il est un excellent narrateur. Au final, les deux tomes suivants étant annoncés comme moins bons, je maintiens ma décision d’arrêter, mais je vais avoir du mal à résister à l’envie de replonger avec le reboot de la série.

Pour voir : click
Pour acheter : click