Alex + Ada vol. 2

Le pitch : De la difficulté de s’aimer quand on est un homme et une androïde.

L’avis : Dans la foulée du premier tome, j’ai continué à lire cette histoire de science fiction romantique. La première partie est particulièrement réussie. Ada découvre la vie en pleine conscience, nos deux presque-tourtereaux se rapprochent sans trop savoir comment faire, à la fois sur le plan affectif et sur la façon de gérer l’hostilité du monde environnant. La suite n’est pas moins intéressante, mais j’y mettrai quelques bémols mineurs. Certains touchent aux ressorts un peu raides du scénario [Attention Spoiler : le départ un peu trop rapide d'Ada ; l'interpellation un peu trop rapide par le FBI]. Un autre concerne le dessin. J’apprécie pourtant le style de Jonathan Luna, mais, de fait, ses postures sont parfois raides. Il compense la plupart du temps assez bien ce défaut, mais lorsqu’il met en scène pendant trois pages les ébats du couple, dieu que ça m’a paru mécanique. Il n’empêche que j’ai bien envie de connaître la suite de cette histoire d’amour qui ne va pas manquer d’être contrariée.

Pour voir : click
Pour acheter : click

Alex + Ada vol. 1

Le pitch : Alex déprime de s’être fait larguer. Pour le sortir de sa morosité, sa grand-mère lui offre une compagne androïde dernier cri, mais Alex va très vite s’apercevoir que le manque de volonté propre de la machine, aussi belle soit-elle, le dérange profondément.

L’avis : Si vous avez aimé Real Humans ou Blade Runner, vous devriez aimer Alex + Ada. Le fond de commerce est le même : dans une société pas si éloignée de la nôtre, la robotique a fait de telle progrès que des androïdes parfaitement semblables aux hommes et dotés de conscience sont une réalité. Cela pose nombre de questions éthiques et métaphysiques qui, mélangées à la peur d’une technologie qui peut nous dépasser, interroge notre vision du monde. Plaqué sur ces questions de fond, on trouve une part de romance et quelques touches d’humour bien senties. Le tout est fort bien raconté dans le style décompressé auquel les frères Luna nous ont habitué. D’ailleurs, je n’ai pas vraiment noté de différence de style, au niveau du script comme du dessin, entre les précédentes productions des frangins et ce récit où seul John officie en compagnie de Sarah Vaughn. En tout cas, ça se lit vite, ce n’est pas véritablement original, mais c’est très efficace et ça fait un très bon tome d’introduction. Reste à voir maintenant où tout cela va nous mener et notamment comment le passage à la vitesse supérieure va être négocié. Réponse très bientôt avec le deuxième tome que j’entame dès demain.

Pour voir : click
Pour acheter : click

The Walking Dead vol. 22: A New Beginning

Le pitch : Quelques années après la guerre, paix et prospérité dans un monde infesté de zombie.

L’avis : Après plusieurs tomes riches en actions et en victimes, Robert Kirkman nous offre un moment de calme, comme on pouvait s’y attendre. Ce qui était moins prévisible, c’est qu’il introduise une ellipse de trois ans environs (ce n’est pas précisé), période pendant laquelle les communautés ont prospéré au point de réintroduire quelques commodités oubliées, comme du pain et même du vin. On découvre donc avec intérêt ce que nos héros sont devenus et comment la société se reconstruit avec le temps. Kirkman a l’intelligence de ne pas introduire de vraie révolution mais plutôt des évolutions assez naturelles. En même temps, pour maintenir l’intérêt du lecteur, il entretient savamment l’incertitude sur le devenir de certains personnages et en introduit de nouveaux. Tout ça fait un tome intéressant mais plutôt tranquille, jusqu’aux dernières pages qui ravivent de fort belle manière la flamme du danger. Côté dessin, c’est toujours très solide. C’est assez étonnant de voir les planches d’Adlard transformées par le trait de Stefano Gaudiano, qui s’est imposé à l’encrage. Bref, un très bon tome de The Walking Dead qui prouve que la série ne s’essouffle pas.

Pour voir : click
Pour acheter : en VO ou en VF

The Walking Dead vol. 21: All Out War Part 2

Le pitch : Suite et fin (?) de la guerre entre Negan et les autres communautés emmenées par Rick.

L’avis : Encore un tome de The Walking Dead qui se laisse dévorer sans faim par les lecteurs un peu zombie que nous sommes nombreux à être. La guerre, c’est moche et rarement propre. Celle entre Negan et Rick ne fait pas exception. Dans l’ensemble, j’ai trouvé le tome de bonne tenue, ménageant une tension continue vers la résolution. Malheureusement, la confrontation finale entre les deux leaders de clan s’avère plutôt décevante car assez improbable. Malgré cela, la fin laisse suffisamment de questions ouvertes sur la façon dont Rick va gérer la suite pour que l’impression finale reste bonne. J’en serai donc.

Pour voir : click
Pour acheter : en VO ou en VF

The Walking Dead vol. 21: All Out War Part 2

Le pitch : Suite et fin (?) de la guerre entre Negan et les autres communautés emmenées par Rick.

L’avis : Encore un tome de The Walking Dead qui se laisse dévorer sans faim par les lecteurs un peu zombie que nous sommes nombreux à être. La guerre, c’est moche et rarement propre. Celle entre Negan et Rick ne fait pas exception. Dans l’ensemble, j’ai trouvé le tome de bonne tenue, ménageant une tension continue vers la résolution. Malheureusement, la confrontation finale entre les deux leaders de clan s’avère plutôt décevante car assez improbable. Malgré cela, la fin laisse suffisamment de questions ouvertes sur la façon dont Rick va gérer la suite pour que l’impression finale reste bonne. J’en serai donc.

Pour voir : click
Pour acheter : en VO ou en VF

Seconds

Le pitch : Katie, chef talentueuse, s’inquiète de l’état d’avancement des travaux du second restaurant qu’elle n’est pas sure d’avoir choisi correctement. Elle regrette aussi la rupture avec son ex. Un jour, une étrange jeune fille apparaît dans sa chambre et lui offre la possibilité de corriger ses erreurs du passé.

L’avis : Plus de quatre ans après la fin de Scott Pilgrim, ce fut un plaisir de retrouver la patte de Bryan Lee O’Malley. Cela dit, Seconds a beaucoup plus à voir avec Lost at Sea, la première oeuvre de l’auteur, qu’avec Scott Pilgrim. Même si Seconds n’est pas dépourvu d’humour, le fond de l’histoire est tout de même assez sombre. Contrairement à Scott Pilgrim qui bénéficiait d’une galerie de personnages étendue et intéressante, Seconds est totalement centré sur le personnage principal, le reste du casting n’étant que très peu développé. J’ai d’ailleurs trouvé l’entame de l’histoire assez moyenne, car reposant sur une introspection trop banale pour être intéressante. Lorsque le fantastique débarque et que Katie commence à réécrire son histoire, ça devient bien plus intéressant. La fuite en avant du personnage s’accélère progressivement vers une catastrophe annoncée. Pour la peine, j’ai trouvé que tout ça se terminait un peu trop bien. Sur le plan formel, Bryan Lee O’Malley est toujours aussi agréable à lire. La couleur lui réussit plutôt bien et il faut preuve d’inventivité sur quelques séquences. Au final, tout ça fait un récit peut-être pas indispensable et peut-être pas tout-à-fait à la hauteur de l’attente, mais tout de même très plaisant.

Pour voir : click
Pour acheter : en VF ou en VO