The Unwritten vol. 10: War Stories

Le pitch : Tom Taylor retrouve les siens dans un monde déchiré où fiction et réalité souffrent.

L’avis : Après l’excursion ratée dans le monde de Fables, The Unwritten revient sur le chemin qui le mène vers sa conclusion. Côté dessin, rien à redire, Peter Gross soigne son travail. Côté scénario, c’est plus mitigé. Le monde est plongé dans le chaos, à l’image du Leviathan à l’agonie. Le script reflète ce chaos ce qui, d’une certaine façon, est cohérent. Le problème pour le lecteur, c’est que c’est parfois assez confus et, personnellement, j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire. Reste à savoir maintenant si le dernier tome de la série clôturera de façon satisfaisante cette série jusqu’ici excellente. Je l’espère sincèrement. Verdict très vite.

Pour voir : click
Pour acheter : click

The Unwritten vol. 9: The Unwritten Fables

Le pitch : Suite à une erreur d’aiguillage, Tommy se retrouve dans le monde des Fables pour affronter Mister Dark.

L’avis : Faire se rencontrer les univers de Fables et The Unwritten, voilà qui avait beaucoup de sens. Après tout, les deux séries reposent sur un socle fantastique commun : la personnification du pouvoir des oeuvres de fiction. Deux bonnes séries, deux bons scénaristes, deux bons dessinateurs, tout ça faire forcément une mélange de grande qualité, non ? Et bien non, justement. L’alchimie ne fonctionne pas. Mis à part quelques idées intéressantes ça et là, le scénario ne trouve pas son souffle et s’apparente à un jeu de massacre des personnages de Fables. La collaboration entre Peter Gross et Mark Buckingham au dessin n’apporte pas grand chose non plus car le premier ne semble pas spécialement à l’aise pour manier les jouets du second. Et puis, de toute façon, tous les événements sont effacés en un claquement de doigts à la fin, ce qui fait de cette histoire une parenthèse assez vaine, aussitôt oubliée. Dommage.

Pour voir : click
Pour acheter : click