Officer Downe: Bigger Better Bastard Edition

Le pitch : Downe, officier de police pointure XXXL et ressuscitable à souhait, fait un carnage.

L’avis : Officer Downe commence avec une pleine page de cunnilingus et se termine par un « Pull over, cocksucker » retentissant. Entre les deux, un concentré d’ultraviolence bien gore. Autant dire que c’est loin d’être cérébral. Joe Casey décrit son œuvre comme le plus petit dénominateur commun du comics. Je pense qu’il veut dire par là qu’il n’a pas d’autre ambition que de titiller la zone du cerveau capable de prendre plaisir à voir la gueule d’un type se faire éclater de façon improbable. Paradoxal pour un scénariste qui écrit souvent avec une rare intelligence. En tout cas, c’est vrai que c’est con comme la lune et qu’on y prend plaisir. Objectif réussi donc. Côté dessin, Joe Casey retrouve Chris Burnham, son compère de Nixon’s pals. Son trait s’est affiné depuis et j’ai apprécié la façon dont il a mis en scène ce déchainement de violence. En grand format cartonné avec moult bonus, comme le propose cette réédition, c’est peut-être un peu cher payé pour ce qui reste un divertissement pop-corn. Il n’empêche que je ne regrette pas mon achat.

Pour voir : click
Pour acheter : click