B.P.R.D. Hell on Earth vol. 13: End of Days

Le pitch : Des monstres toujours plus gros et le Black Flame à affronter (encore !) sur son terrain.

L’avis : Voilà un tome assez dense, où la plupart des personnages actuels de la série ont un rôle. Les scènes de bataille sont épiques et la fin du récit recèle quelques rebondissements de taille, dont le final qu’on voit arriver depuis un moment et qui est prometteur. Côté dessin, Laurence Campbell ne démérite pas et livre même quelques très belles planches. Cela dit, je trouve que la série a perdu en identité graphique avec la valse actuelle des dessinateurs. Reste deux tomes à venir avant la fin de la série. Je les commanderai et les lirai en même temps, en espérant que le final soit à la hauteur de la longévité de B.P.R.D.

Pour voir : click
Pour acheter : click

B.P.R.D Hell on Earth vol. 10: The Devil’s Wings

Le pitch : Trois histoires distinctes de fantômes, de monstres japonais et de champignons.

L’avis : Ce nouvel opus de B.P.R.D. est très clairement un tome de transition. Il est composé de trois histoires distinctes. La première est une histoire de fantôme relativement classique qui vaut surtout par l’ambiance fournie par les illustrations de Laurence Campbell. C’est aussi l’occasion de retrouver Hellboy enfant. La seconde histoire m’a moins plu. C’est un peu un crossover entre B.P.R.D., The Manhattan Projects et Godzilla. Le script de John Arcuri et les dessins de Joe Querio sont nerveux. Ca se lit bien, mais c’est vite oublié. Le meilleur est pour la fin, avec une histoire courte beaucoup plus orientée vers le développement des personnages, Liz et Johann bien-sûr, mais aussi des gens ordinaires qui vivent tant bien que mal au milieu de l’enfer sur terre. La fin de l’épisode est excellente, comme pour nous rappeler que B.P.R.D. continue à délivrer de très belles histoires de temps en temps.

Pour voir : click
Pour acheter : click

B.P.R.D. Hell on Earth vol. 7: A Cold Day in Hell

Le pitch : En pleine recrudescence de monstres, Johann mène une mission de sauvetage en terrain hostile. Pendant ce temps, en Russie, Nichayko mène sa propre expédition en vue de maintenir sous son joug Varvara, l’enfant-démon.

L’avis : Cette fois, on peut dire que le renommage de la série est justifiée. C’est bel et bien l’enfer sur terre depuis le retour du Maître (dont je tairai l’identité) dans le tome précédent. Les monstres pullulent, la population subit des pertes colossales et les effectifs du B.P.R.D. fondent à vue d’œil vu les pertes qu’ils subissent à chaque mission. C’est notamment le cas dans la première partie de ce tome, où Johann se voit contraint de traverser à pied un long chemin le menant à un Chicago dévasté. Ça donne un récit riche en action dans une atmosphère apocalyptique très noire. J’ai trouvé l’exercice plutôt réussie, en particulier grâce au dessin sombre et réaliste de Laurence Campbell, complémenté par les couleurs du toujours excellent Dave Stewart. Par comparaison, le trait de Peter Snejbjerg paraît presque trop doux. Pourtant, il fait du très bon boulot, comme d’habitude. Le scénario de la deuxième partie dans laquelle il officie n’est pas franchement passionnant en soi, mais il a l’avantage de nous en apprendre un peu plus sur Varvara. Au final, je dirais qu’il s’agit ici plutôt d’un tome de transition qui ne fait pas beaucoup avancer les personnages et l’intrigue générale, mais qui se lit fort bien. J’enchaine de ce pas avec la suite.

Pour voir : click
Pour acheter : click