Animal Man vol. 3: Rotworld: The Red Kingdom

Le pitch : Animal Man et Swamp Thing s’allient pour aller affronter Anton Arcane sur son terrain.

L’avis : Voici donc le premier volume du crossover Rotworld entre Animal Man et Swamp Thing. Comme je le disais précédemment, je redoutais un peu ce que ça allait donner. J’ai bien cru que j’allais être agréablement surpris, car l’entame du recueil n’est pas si mauvaise que ça. J’ai suivi avec intérêt les récits parallèles concernant, d’une part, la descente d’Animal Man et Swamp Thing dans le monde du Rot et, d’autre part, Maxine, sa famille et leurs adversaire. Dans les deux cas, la dimension horrifique du récit est toujours aussi réussie, notamment sur les parties prise en charge par Steve Pugh. J’ai aussi bien aimé d’une certaine façon le monde apocalyptique dans lequel se retrouve Animal Man et la relecture des différents héros DC ayant survécu. Malheureusement, tout ça évolue comme on pouvait s’y attendre vers une grosse baston généralisée sans grand intérêt, d’autant que la confrontation finale est illustrée par un Andy Belanger, loin d’être convaincant. Pire, cet épisode réintroduit Swamp Thing qui a visiblement œuvré de son côté (sans qu’on sache quoi exactement) et qui arrive avec une solution toute faite pour changer le cours de l’affrontement. Pour le lecteur, c’est tout bonnement insupportable. C’est l’exemple type du crossover qui perd tout intérêt lorsqu’il est mal compilé en TPB. Heureusement, l’épilogue atténue un peu le désastre. Le récit se recentre sur Animal Man, un des personnages meurt (avec un impact émotionnel immédiat moins fort que ce qu’il aurait pu être), les funérailles sont touchantes et bouleversent le status quo.

Au final, ce qui est sûr, c’est que ce crossover va faire au moins une victime, Swamp Thing. Hors de question que j’achète le TPB correspondant en sachant déjà le fin mot de l’histoire, uniquement pour boucher les trous. Si on regarde les textes de sollicitation, il semblerait même que des épisodes soient reproduits dans les deux TPB, ce qui serait le pompon. Je ne vais même pas chercher à vérifier, j’arrête la série, point barre. Quant à Animal Man, je ne sais pas encore. Les deux derniers épisodes me laisse l’espoir de quelques bonnes histoires encore. On verra.

Pour voir : click
Pour acheter : click

Animal Man vol. 2: Animal vs. Man

Le pitch : Buddy Baker se retrouve sur la route avec sa famille, mais ils ne vont pas tarder à se faire rattraper par les forces du Rot.

L’avis : Après un premier tome réussi, j’ai eu peur que cette série s’essouffle dès l’entame du second. Les deux premiers épisodes ne m’ont en effet pas franchement convaincu, la faute à une intrigue qui avance peu, un personnage secondaire (la belle-mère) insupportable et un dessin inconsistant, puisque Travel Foreman et Steve Pugh, aux styles très différents, se partagent le boulot. Au troisième épisode, Travel Foreman quitte le navire et Steve Pugh montre enfin toutes ses capacités à illustrer un titre d’horreur graphique tel qu’Animal Man. Ensuite, changement de style avec Timothy Green II qui fait lui aussi un très bon boulot sur l’Annual de la série. C’est l’occasion pour Jeff Lemire de nous ramener fin XIXème pour raconter l’histoire d’un ancien Animal Man au destin très parallèle à celui de Buddy Baker. Après cette petite digression, on revient dans le présent et Buddy rencontre les Totems du Red, subit quelques transformations et retrouve sa famille. Steve Pugh reprend la main, puis la cède à Alberto Ponticelli, puis la reprend à nouveau pour l’épisode 0 qui revient sur les origines d’Animal Man. Vous l’aurez compris, côté dessin, ça ne tient pas en place, mais on ne va se plaindre, car, mis à part les deux premiers épisodes, c’est plutôt du travail de grande qualité. Le scénario aussi tient bien la route, avec quelques bonnes idées qui rendent attrayante cette espèce de mythologie selon laquelle le monde est gouverné entre trois forces à l’équilibre précaire. Quant aux personnages, si la belle-mère est effectivement à flinguer, les enfants, eux, sont très bien écrits. La suite, ce sera le crossover avec Swamp Thing, qui, j’espère, ne fera pas retomber le soufflet.

Pour voir : click
Pour acheter : en VO ou en VF