Absolute Planetary vol. 1 & 2

L’histoire : Planetary, une organisation secrète spécialisée dans la découverte des mystères de notre monde et d’ailleurs, recrute Elijah Snow, un quasi-centenaire aux origines inconnues.

L’avis : Enfin ! J’aurais attendu longtemps avant de pouvoir lire la conclusion de cette série débutée en 1999 et qui aura souffert d’un rythme de parution plus qu’erratique, à tel point qu’arrivé au numéro 18, j’ai lâché l’affaire et patiemment attendu qu’un recueil d’exception soit proposé. C’est le cas avec cette Absolute Edition, grand format avec papier, reliures et coffrets luxueuse. L’attente aura-t-elle valu le coup ? Très certainement.

Planetary se lit bien mieux d’une seule traite que numéro par numéro. C’est plutôt paradoxal, car l’essentiel du premier volume regroupe une série d’histoires courtes, a priori sans grand rapport les unes avec les autres. Il semble s’agir pour Warren Ellis de détourner nombre de figures de la littérature populaire (Tarzan, Sherlock Holmes, Godzilla…) et du comics pour en faire des objets de découverte pour ses aventuriers de l’étrange. Ca donne lieu à une lecture à plusieurs niveaux très gratifiante. En fait, au-delà d’un jeu fort intelligent avec une collection d’icônes, tout ça forme un tableau bien cohérent au fil de la découverte des origines des personnages principaux et de leurs ennemis, The Four. L’affrontement avec ces sinistres quatre fantastiques prend ensuite le dessus, ce qui change beaucoup la nature de l’histoire. L’ensemble forme une histoire passionnante, avec une narration pleine de souffle, et les élucubrations pseudo-scientifiques de Warren Ellis stimulent l’esprit. La barre ayant été placée bien haute, le final a presque été décevant pour moi. Après réflexion, sans être transcendante, je trouve la conclusion satisfaisante.

Étant donné la durée de parution de la série, pas étonnant de constater une sacrée évolution du dessin de John Cassaday. S’il montre son potentiel dès le début de la série, avec un dessin percutant et des cadrages osés, c’est dans le second volume qu’il explose. Le trait devient plus maîtrisé, plus détaillé et on s’en prend vraiment plein les mirettes. Bien entendu, c’est là que le format Absolute prend tout son sens.

Au final, je ne crierai pas au chef d’oeuvre comme tant d’autres l’on fait, mais Planetary reste une lecture d’exception. Vraiment, si vous avez envie de vous offrir cette lecture, lâchez la centaine d’euros que vous coutera cette édition. Elle en vaut largement le coup.

Pour voir : click
Pour acheter : les volumes 1 et 2

4 réflexions au sujet de « Absolute Planetary vol. 1 & 2 »

  1. Aaaah, c’est tentant !!! Planetary est vraiment une série géniale et c’est vrai qu’une édition absolute… J’ai les traductions françaises mais je me laisserais bien tenter pour mettre à côté des absolute sandman. Fichtre, vais-je résister ? ^^

  2. Assez d’accord avec toi concernant la conclusion. Ceci étant, oui Planetary, c’est une série qui te met une grosse grosse baffe. Alors parler de lecture d’exception ou de chef d’oeuvre, on s’en fout un peu, c’est juste super bon. :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>