B.P.R.D. vol. 13: 1947

L’histoire : Après la découverte de prisonniers nazis ayant été vidés de leur sang, le B.P.R.D. envoie en France quatre nouvelles recrues, tous de simples soldats, pour enquêter sur le phénomène.

L’avis : Après l’excellent B.P.R.D.: 1946, que j’ai relu juste avant, j’ai abordé ce nouvel opus avec tous les espoirs du monde et je dois bien dire que l’entrée en matière m’a un peu refroidi. Ce n’est pas qu’elle soit mauvaise, bien au contraire, mais j’ai été pris à contre-pied par le changement radical du style de dessin. Paul Azaceta avait tellement bien donné corps à ses personnages, en particulier Bruttenholm et la petite fille démon, que le style beaucoup plus relâché des frère Bá et Moon paraît totalement décalé en comparaison. Ce sont pourtant deux dessinateurs de grand talent, surtout Bá, un de mes chouchous du moment, et, passé la première impression, il faut bien reconnaître que leur prestation ici est remarquable. Les deux frangins alternent aux crayonnés, Bá s’occupant du réel et Moon du surnaturel, avec des transitions très fluides entre les deux. Le scénario n’est pas en reste. Le choix de faire des membres du B.P.R.D. de l’époque de simples soldats met l’accent sur l’horreur que représente la confrontation aux démons. J’ai également trouvé que les scènes montrant Hellboy enfant donnent un éclairage intéressant aux lecteurs fidèles comme moi. Au final, mon sentiment est que 1947 est un petit cran en dessous de 1946, mais que ça reste de la très bonne came. Très clairement, j’ai envie de continuer à égrener les années post-WW2 avec Mignola et Dysart.

Pour voir : click
Pour acheter : click

Une réflexion au sujet de « B.P.R.D. vol. 13: 1947 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>