Deadly Class vol. 3: The Snake Pit

Le pitch : Action survitaminée et dépression adolescente.

L’avis : Encore un très bon tome de Deadly Class. On reprend l’histoire là où on l’avait laissée, en pleine action, et ça va à 200 à l’heure pendant deux épisodes. Lorsque la poussière retombe, Marcus est mal en point psychologiquement. Remender met alors en scène les affres de l’adolescence, sur le plan social et émotionnel, le tout exacerbé par un abus de drogue en tout genre. En gros, Marcus perd pied jusqu’au dernier épisode où l’action reprend le dessus, et de fort belle manière. Encore une fois, on a le droit à un pur cliffhanger. Tout ça est fort bien mené par Remender, et Wes Craig n’est pas en reste. Si quelques planches auraient mérité un peu plus de finition, c’est globalement du très haut niveau. Vivement la suite !

Pour voir : click
Pour acheter : en VO ou en VF

Deadly Class vol. 2: Kids of the Black Hole

Le pitch : Romance et violence chez des ados assassins.

L’avis : Le premier tome de Deadly Class fut l’une des belles surprises de 2015. Ce deuxième tome poursuit sur la lancée de fort belle manière. Remender développe ses personnages, en particulier avec deux épisodes qui reviennent sur le passé de deux des personnages principaux. Le triangle amoureux esquissé dans le tome précédent monte en régime. Rien de particulièrement original sur ce point, mais ça fonctionne correctement. Un peu de comédie tendance scatologique qui m’a bien fait rire, et puis on termine avec une scène d’action menée tambour battant. C’est d’ailleurs une des caractéristiques du récit en général. Tout est mené à un rythme endiablé, à la limite du déraillement parfois, mais Remender s’en sort bien. Il faut dire qu’il peut compter sur l’énergie du trait de Wes Craig. Son style est vraiment très dynamique, même si je l’ai trouvé moins précis que dans le premier tome. Ca reste tout de même un travail remarquable. Tout ça termine sur un gros cliffhanger. Heureusement, j’ai le tome 3 déjà sous la main.

Pour voir : click
Pour acheter : en VO ou en VF

Deadly Class vol. 1: Reagan Youth

Le pitch : Marcus, ado en déshérence, se fait recruter dans un lycée pour assassins professionnels.

L’avis : Parmi les nouvelles productions de Rick Remender, j’attendais beaucoup de Black Science, mais il semblerait que la vraie bonne surprise vienne de Deadly Class. D’après la postface de Remender, il s’agit de son comics le plus personnel, dans lequel il revisite les affres de sa scolarité sous la loupe déformante de cette histoire de lycée du meurtre. De fait, l’entame du livre prend le temps de nous présenter Marcus, le personnage principal, qu’on devine être nourri d’expériences vécues. L’écriture de Remender, tout en introspection, y est particulièrement soignée. La suite n’est pas en reste. L’environnement du lycée et toute la galerie de personnages qui l’habite sont savamment introduits. La seconde partie de l’ouvrage suit Marcus et quelques-uns de ses camarades dans un épisode d’école buissonnière qui tourne sacrément au LSD vinaigré. Le rythme monte d’un cran, puis de deux, avec un déluge de drogue et de violence. J’ai un peu flirté avec l’overdose sur le dernier épisode, mais Remender a arrêté les frais juste à temps. Reste la curiosité de savoir quelles retombées les évènements vont avoir dans le second tome. Côté scénario, c’est donc du très bon Remender. Côté dessin, c’est encore mieux, avec Wes Craig, que je ne connaissais pas et qui livre là un travail remarquable. C’est précis, dynamique, juste dans les expressions et c’est un sans faute côté narration. Cerise sur le gateau, la mise en couleur de Lee Loughridge est excellente et participe à l’identité graphique de la série. Bref, c’est de la très bonne came que je vous conseille d’expérimenter sans modération.

Pour voir : click
Pour acheter : click