DMZ vol. 10: Collective Punishment

L’histoire : Cinq points de vue différents de la nuit où un déluge de bombes tombe sur la DMZ.

L’avis : Tout comme il l’avait fait pour le tome 5, Brian Wood nous offre un tome de transition constitué d’histoires courtes portant chacune sur un personnage différent. On retrouve d’ailleurs en partie les mêmes individus (Amina, Decade Later, Wilson) et les mêmes dessinateurs (Nathan Fox, Danijel Zezelj). La similitude entre les deux tomes est donc très forte, l’impression de lecture également. Brian Wood est très à l’aise avec ces portraits de personnages forts en caractère. Les dialogues et la voix off, souvent très présente, sont écrits avec beaucoup de justesse. Et puis, même s’il s’agit de récits indépendants, le fil rouge des bombes qui s’abattent sur la population de Manhattan donne à l’ensemble un vraie cohérence. Certains regretterons juste que la série n’avance pas pendant ce temps, mais je trouve personnellement que dans une série au long court comme DMZ, ce genre de pause se justifie. Côté dessin, les styles des cinq dessinateurs n’ont pas grand chose à voir les uns avec les autres. Aucun ne démérite vraiment, mais aucun ne sort vraiment du lot non plus, si ce n’est Zezelj que j’ai trouvé vraiment très inspiré. Au final, je trouve la qualité de ce tome dans la lignée des précédents. DMZ, sans être une de mes séries fétiche, reste une valeur sure sur la longueur et c’est déjà une belle réussite.

Pour voir : quelques pages de Danijel Zezelj
Pour acheter : click

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>