DMZ vol. 5: The Hidden War

L’histoire : Un tagueur à la recherche de son chef d’œuvre, une ex-candidate à l’attentat suicide, le chef de la pègre à Chinatown, une journaliste au bord de la rupture, un DJ qui anime les nuits de Manhattan, un déserteur qui va trouver dans la fuite une nouveau combat : six individus qui vivent ou survivent dans le DMZ.

L’avis : Ce tome marque une pause dans l’histoire de Matty Roth et s’éloigne par la même occasion du front de la guerre et des imbroglios politiques associés. A la place, Brian Wood nous propose six portraits de personnages secondaires, rencontrés auparavant dans la série pour la plupart. On en apprend un peu plus sur leurs histoires, comment la guerre a transformé leurs vies et leurs perspectives d’avenir, même s’il faut bien dire que ces dernières ressemblent parfois fort à des impasses. J’ai moins aimé les deux histoires portant sur Amina et Kelly, mais, dans l’ensemble, j’ai beaucoup apprécié cette série de clichés, dans laquelle on retrouve toute l’intensité des textes de Brian Wood. Côté dessin, le style de Burchielli est toujours aussi bien adapté à l’ambiance urbaine du DMZ. D’un point de vue narratif, c’est souvent très bon. Malheureusement, on sent parfois que le trait est un peu pressé et on devine que Burchielli a peine à tenir le rythme de publication. Ce n’est pas faute de passer la main à d’autres dessinateurs pour souffler. Cette fois, on retrouve Nathan Fox, qui, comme dans le dernier tome, offre une prestation typée Paul Pope, avec beaucoup de caractère, mais parfois un peu brouillonne. On a également le droit à un épisode dessiné par Danijel Zezelj, un habitué de chez Vertigo, à l’encrage noir et lourd si caractéristique. Personnellement, j’aime beaucoup. DMZ continue donc sur sa bonne lancée. Une valeur sure, en somme.

Pour voir : click
Pour acheter : click

4 réflexions au sujet de « DMZ vol. 5: The Hidden War »

  1. Une série très caustique et politiquement incorrecte, des personnages bien campés et des idées de scénar’ farfelues.
    Hélas, la série n’ira pas plus loin puisque Vertigo l’a arrêtée, dommage.

  2. Pas de problème. L’erreur est humaine. Et puis, je me doutais que c’était pour Army@love, sans avoir remarqué que la critique était sur la même page, ce qui veut bien dire que ton commentaire était pertinent. ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>