Ex Machina vol. 9: Ring Out the Old

L’histoire : Le passé de Mitchell Hundred refait surface à plusieurs titres et menace de ruiner son avenir politique. Au passage, l’origine de ses pouvoirs se dévoile.

L’avis : Après un tome un peu décevant, puis un bien moins bon encore, j’avais peur qu’Ex Machina ne soit sur la mauvaise pente. Heureusement, ce tome 9, dernier avant la conclusion, redresse très nettement la barre.

L’ouvrage démarre doucement sur une touche d’humour, puisque BKV et Tony Harris se mettent eux-même en scène en tant que créateurs de comics postulant à la réalisation de la biographie en image de Hundred. C’est l’occasion de quelques clins d’œil savoureux, avec une jolie pirouette de fin écrite par Garth Ennis et dessinée par Jim Lee.

Vient ensuite un numéro spécial dont j’ai eu un peu de mal à comprendre le sens dans le contexte général de la série, mais qui se lit fort bien et, surtout, qui bénéficie d’un travail remarquable de John Paul Leon au dessin. Ca fait la deuxième fois que le bonhomme excelle sur Ex Machina et il faut bien dire que la prestation de Tony Harris pâlit en comparaison, même si les deux dessinateurs ne jouent pas dans le même registre. Je ne suis pas aussi critique que certains sur l’utilisation à outrance que Harris fait de la référence photo, mais c’est vrai que certaines cases passent moins bien que d’autres. Il y a par exemple un moment où Kremlin jette une haltère sur son écran de télé qui est particulièrement mal foutue.

Les quatre épisodes suivants forment le cœur de l’ouvrage. Hundred doit faire face à une nouvelle menace, ce qui l’oblige à remettre les mains dans le cambouis (ou plutôt dans les égouts). Parallèlement, le plan de Kremlin commence à aboutir, balayant au passage une grosse partie du mystère entourant l’origine des pouvoirs de Hundred. Certains regretteront peut-être que ce qui faisait l’intérêt de la série au départ, c’est-à-dire les problématiques politiques et sociétales que devaient gérer le maire de NYC, est quasi-absent de l’histoire, mais, personnellement, j’ai trouvé le scénario captivant et prometteur d’un final palpitant. Je conseillerais donc à ceux qui ont lâché la série en cours de route ou qui s’apprêtaient à le faire de raccrocher leur wagon à ce stade pour pouvoir profiter pleinement de la conclusion.

Pour voir : click
Pour acheter : click

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>