Hellboy vol. 9: The Wild Hunt

L’histoire : Lorsque les géants réapparaissent en Angleterre, une société secrète de chasseurs propose à Hellboy de participer à la traque des créatures. Celui-ci accepte, sans se douter que cette chasse le mènera vers des révélations majeures concernant ses propres origines et son destin.

L’avis : Quand je dis « révélations majeures », je pèse mes mots. Ce tome est un tournant dans l’histoire Hellboy que personne n’aura vu venir, j’en suis persuadé. En même temps, en ce qui me concerne, ça fait longtemps que j’ai arrêté de chercher à comprendre où Mignola nous emmène avec son diable rouge. Chaque nouvel arc est truffé de références à des épisodes passés dont je n’ai aucun souvenir, ce qui n’aide pas à la compréhension. Comme si ça ne suffisait pas, l’histoire du personnage principal me semble enchevêtrée dans des références à des mythes et du folklore de tous horizons que je n’ai pas la prétention de connaître. Je me contente donc de suivre Hellboy d’aventure en aventure en appréciant les ambiances gothiques et les combats retentissants. Cette fois, Mignola inscrit l’origine d’Hellboy dans un mythe très connu (je ne dis pas lequel pour ne rien révéler d’important). Cela forme un rebondissement dont j’ai dû mal à évaluer la pertinence relativement à ce qui a précédé, mais que j’ai trouvé intéressant en soi. Ce faisant, Mignola prépare le terrain pour une partie d’échec plutôt alléchante. J’attends donc la suite avec intérêt.

Plus que le scénario, c’est le dessin qui fournit la grosse claque de ce 9ème tome d’Hellboy. J’ai toujours été fan de Duncan Fegredo, j’ai aimé sa prise en main de la série dans le tome précédent, mais là, il s’est surpassé. Tout en conservant les codes graphique auxquels Mignola nous a habitué, il délivre un travail personnel de haute volée, sublimant les esquisses préparatoires de Mignola, ne lésinant pas sur les détails et surtout insufflant une énergie extraordinaire au récit. Les puristes de Mignola ne seront très certainement pas d’accord, mais, en ce qui me concerne, Fegredo bat Mignola à son propre jeu et il me régale au passage.

Au final, voilà un des meilleurs tome d’Hellboy depuis longtemps. Comme il se termine par un cliffhanger prometteur, c’est de bon augure pour la suite.

Pour voir : click
Pour acheter : click

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>