Nixon’s Pals

L’histoire : Le travail de Nixon Cooper est d’essayer de faire en sorte que les ex-taulards dont il a la charge ne retombent pas dans le crime. Pas toujours facile, surtout qu’il est spécialisé dans les criminels à superpouvoirs. Et comme si ça ne suffisait pas, son mariage est au bord de la rupture.

L’avis : Joe Casey est un scénariste dont j’apprécie vraiment beaucoup la qualité des scripts. C’est d’autant plus vrai quand il bouscule les codes du superhéros et c’est la cas ici. Nixon’s Pals, tout comme Powers, combine un polar urbain au héros ordinaire avec des éléments propres au genre peuplé d’individus à costume. Le ton est cependant assez différent de Powers. Alors que les super-bonshommes de Powers sont assez génériques, ceux de Nixon’s Pals sont bien déjantés. Pour vous donner une idée, on a au programme une stripteaseuse dont les yeux sont des tétons et dont les seins sont des visages aux personnalités antagonistes, ou encore un boss de la pègre dont la tête a l’air d’avoir été vrillé autour de son axe vertical. C’est d’ailleurs là que Chris Burnham entre en scène et de bien belle manière. Il a su créer des visuels à la hauteur des idées de Joe Casey. En outre, il sait injecter une belle énergie à ses scènes d’action et donner de belles expressions à ses personnages dans les moments plus forts en sentiments. Tout au plus peut-on lui reprocher un certain manque de finesse dans les finitions. Il gagnerait d’ailleurs à se faire aider par un bon encreur. Nixon’s Pals est donc une belle réussite. Il y a là le potentiel pour une suite. J’espère qu’on la verra un jour.

Pour voir : click
Pour acheter : click

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>