The Unwritten vol. 8: Orpheus in the Underworld

Le pitch : Tom part à la recherche de Lizzie au sein des histoires d’enfer sous toutes leurs formes. Pendant ce temps, en Australie, Savoy et Didge enquêtent sur de mystérieux meurtres au centre desquels se trouve un petit garçon qui aime les histoires de zombies.

L’avis : Depuis le début, The Unwritten est un récit d’une grande richesse intellectuelle et d’une grande densité narrative. Cependant, l’intelligence de l’écriture de Mike Carey a toujours rendu la complexité du récit très accessible. Pour la première fois, j’ai quand-même eu un petit peu de mal à le suivre dans les méandres de cet univers qui mélange allègrement mythes et réalité. Je ne sais pas si c’est dû justement au fait que la frontière entre les deux est de moins en moins nette ou si c’est parce que je commence à avoir du mal à me souvenir de tous les évènements antérieurs, mais j’ai eu cette fois le sentiment de ne plus bien savoir d’où on venait et où on allait. Il n’empêche que je ne me suis pas ennuyé une seconde et que la qualité de l’exécution reste élevée. C’est vrai pour l’écriture, et aussi pour le dessin de Peter Gross, fort bien assisté pour deux épisodes par Dean Ormston. Le tome se conclue par une pirouette (littéralement) qui annonce le crossover à venir avec Fables. Le mariage est logique, espérons qu’il soit beau.

Pour voir : click
Pour acheter : click

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>