Unknown Soldier vol. 2: Easy Kill

L’histoire : Toujours en lutte pour contrôler la machine à tuer qui est en lui, Moses Lwanga est approché par un groupe militant planifiant d’assassiner un star d’Hollywood en mission humanitaire en Ouganda. Leur objectif : sacrifier l’actrice pour attirer l’attention des médias internationaux sur la situation du pays.

L’avis : J’ai trouvé le premier tome de la série très accrocheur, mais d’une violence dure à avaler (notamment envers les enfants). La suite, même si elle continue à s’appuyer sur le réalisme des atrocités commises en Ouganda, relâche un peu la pression et se concentre sur la psychologie et les motivations des personnages. En toile de fond, le scénario pose des questions morales intéressantes sur les actions qui peuvent être entreprises dans un contexte de guerre civile en Afrique, que l’on soit partisan de la paix, humanitaire ou plus directement impliqué dans la lutte armée. L’histoire réserve aussi son lot d’action, avec une narration nerveuse et efficace aussi dans ce registre. Alberto Ponticelli continue à fournir un excellent travail qui colle bien au script de Joshua Dysart et qui donne une véritable identité à la série.

Les deux derniers épisodes forment une espèce de parenthèse durant laquelle Lwanga raccompagne un enfant soldat jusqu’au village dont il a été arraché. Le rythme est plus posé et l’introspection y est très présente. J’ai beaucoup aimé la façon dont Le sujet des enfants soldats y est traité, un peu moins les passages sur les méandres de la psychologie torturée du héros. Le dessin est pris en charge par un dessinateur congolais, réfugié politique en France et invité pour l’occasion à illustrer une réalité dont il est proche. On ne peut qu’applaudir l’initiative éditoriale, mais je dois bien avouer que je n’ai pas été emballé par le travail de l’artiste, en particulier sur le deuxième épisode que j’ai trouvé bâclé.

Unknown Soldier reste une série qui mérite largement le détour. La fin est annoncée au n°25 (encore deux TPB donc). En effet, la série a eu beau bénéficier de critiques globalement très élogieuses et de nominations aux Eisner Awards, elle n’a visiblement pas trouvé son public. C’est à mon avis dû à l’âpreté du sujet, plus qu’à autre chose. En tout cas, en ce qui me concerne, je la suivrai jusqu’au bout.

Pour voir : click
Pour acheter : click

2 réflexions au sujet de « Unknown Soldier vol. 2: Easy Kill »

  1. Je trouve cette série excellente dans l’ensemble. Le script de Joshua Dysart est très efficace et honnête. Mais je suis un peu déçu de la manière dont sont dessinés les enfants africains, je ne sais pas si Alberto Ponticelli a déjà été en Afrique. Les enfants ont de très grosses têtes sur des corps et des membres qui ne peuvent pas supporter ces têtes horribles. C’est de la pire caricature ! Heureusement Pat Masioni a pu palier à cette lacune, je crois c’est parce qu’il vient de la région. J’aime son dessin très réaliste de l’Afrique que je connais mais c’est le coloriste qui n’a pas été à la hauteur de mettre en évidence son beau dessin. Les couleurs sont sombres, plombées et pleines de tâches et je me demande pourquoi. Là en plus, c’est dommage, ce n’est pas l’Afrique! A quand les séries où l’Afrique sera bien illustrée ?

  2. Merci de ton commentaire. C’est vrai que Ponticelli n’a pas un style très réaliste, mais, personnellement, j’aime beaucoup le résultat. De façon général, j’ai l’impression qu’il génère des réactions très contrastées : on aime beaucoup ou on déteste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>